Michael Youn adapte au cinéma le tube du groupe IAM

[ad_1]

C’est confirmĂ©. Fabien FRAGIONE, le frĂšre d’AKHENATON a confiĂ© Ă  Manon MARIANI du « Mouv' » qu’un film tirĂ© du classique du groupe IAM « Je danse le mia » (au sample funky de George BENSON « Give Me The Night« ) est bien en prĂ©paration pour le printemps 2020. Michael YOUN en sera le rĂ©alisateur, et Rayane BENSETTI devrait tenir le premier rĂŽle. « Il a une vraie lĂ©gitimitĂ© Ă  rĂ©aliser des films qui sont liĂ©s Ă  des univers musicaux. Il avait fait un film comme « Fatal » qui Ă©tait une sacrĂ©e rĂ©ussite » dĂ©clare Fabien FRAGIONE.

« Le mia« , Ă©crit par Matt ALEXANDER reprendra la premiĂšre phrase de la chanson : « Je te propose de voyager dans le temps… » pour dĂ©velopper l’histoire, et le film s’inspirera en partie de « Retour vers le futur« . « Pour vous rĂ©sumer l’intrigue du film, c’est l’histoire d’un jeune homme des annĂ©es 90, fan de rap, qui sera projetĂ© dans le futur, Ă  savoir dans les annĂ©es 2020« . Ce saut dans le temps sera l’occasion pour le personnage de Rayane BENSETTI de rencontrer ceux qui font vivre le rap au prĂ©sent, tel que… JUL.

Le tournage qui dĂ©butera Ă  l’automne prochain, Ă©voque aussi les noms de NAPS, SOPRANO ou SCH. Mais si AKHENATON sera en charge de la B.O. du film, le groupe IAM n’a prĂ©vu de participer ni au long-mĂ©trage, ni Ă  sa bande-son. « AKHENATON sera consultant artistique mais pas dĂ©cisionnaire… Juste Ă  titre officieux. Il va intervenir au niveau de la composition de la musique originale. Il a une intervention trĂšs musicale« . A suivre…

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

IAM est un groupe de rap français, originaire de Marseille, crĂ©Ă© en 1988 et composĂ© d’AKHENATON (Philippe FRAGIONE), de SHURIK’N (Geoffroy MUSSARD), de FREEMAN (Malek BRAHIMI), de KHEOPS (Eric MAZEL), d’IMHOTEP (Pascal PEREZ) et de KEPHREN (François MENDY).

Le collectif explose vĂ©ritablement en 1994 grĂące au tube « Je danse le mia » (Top 1 durant huit semaines) au clip rĂ©alisĂ© par Michel GONDRY. C’est le deuxiĂšme single le plus vendu en France cette annĂ©e-lĂ , juste derriĂšre Neneh CHERRY & Youssou N’DOUR (« 7 Seconds« ). Il sera suivi du « Feu » (Top 17), de « L’empire du cĂŽtĂ© obscur » (Top 14 en 1997), de « Petit frĂšre » (Top 50 en 1998) ou d' »Independenza » (Top 19 la mĂȘme annĂ©e). Plus qu’une danse, le mia (anagramme du nom du groupe) Ă©tait avant tout le reflet de l’Ă©tat d’esprit de toute une gĂ©nĂ©ration, la jeunesse marseillaise des annĂ©es 80, « chemise ouverte, chaĂźne en or qui brille« .

Par Thierry Cadet

La source

[ad_2]